The Amazing Spiderman 2

Ce n’est un secret pour personne que le combat le plus rude de Spider-Man est celui qu’il mène contre lui-même en tentant de concilier la vie quotidienne de Peter Parker et les lourdes responsabilités de Spider-Man. Mais Peter Parker va se rendre compte qu’il fait face à un conflit de bien plus grande ampleur. Être Spider-Man, quoi de plus grisant ? Peter Parker trouve son bonheur entre sa vie de héros, bondissant d’un gratte-ciel à l’autre, et les doux moments passés aux côté de Gwen. Mais être Spider-Man a un prix : il est le seul à pouvoir protéger ses concitoyens new-yorkais des abominables méchants qui menacent la ville.  Face à Electro, Peter devra affronter un ennemi nettement plus puissant que lui.  Au retour de son vieil ami Harry Osborn, il se rend compte que tous ses ennemis ont un point commun : OsCorp.

Amazing Spiderman 2

L’une des nombreuses affiche du film

Suite au succès du premier opus reboot de la trilogie de Sam Raimi par Marc Webb, il était évident qu’une suite verrait le jour. Chez Cinemoustache, on était plutôt content, vu que The Amazing Spiderman, sur les écrans en 2012, nous avait ravi.

Droit dans la toile

Après un premier épisode efficace, qui avait clairement posé les enjeux des personnages, on s’attaque dans The Amazing Spiderman 2 à un gros morceau du mythe de l’Homme-Araignée : ses relations avec la famille Osborn.

 

The Amazing Spiderman 2

Copains d’avant


Occultée jusqu’ici mais pourtant essentielle à la saga, la présence d’Harry est malheureusement expédiée en deux scénes maladroites. En effet, comment expliquer qu’Harry et Peter étaient les meilleurs amis du monde alors que l’on a pas vu l’ombre du 1er dans l’épisode précédent ? En leur faisant s’ébouriffer les cheveux, parler des femmes, lancer des cailloux dans l’Hudson River. La base quoi. C’est un peu trop rapide, et cela oblige Dane DeHaan à en faire des tonnes, Aussi narquois et fourbe avec ses employés que torturé et colérique avec les autres. En laissant plus de place au personnage, l’entreprise aurait été plus crédible, et aurait surtout laissé l’opportunité à un excellent acteur d’apporter tout son talent à un personnage fascinant. Et, bonus non négligeable, cela aurait laissé moins de scènes à Electro.
 

The Amazing Spiderman 2

Electro nique (pardon)

Parce qu’avouons le, en terme de bad guys, les 5 épisodes de Spiderman nous on donné le meilleur (Alfred Molina dans le rôle du Docteur Octopus) comme le pire (Venom complètement baclé dans Spiderman 3). Electro s’impose fièrement en bas du tableau, et plutôt deux fois qu’une. Une première fois en tant que Max Dillon, employé spolié par son employeur (Oscorp) et frustré de vivre seul / ne pas avoir d’amis / ne pas avoir de coiffeur / ne pas avoir de dentiste/ se faire voler ses travaux/ se faire griller par Emma Stone quand il s’envoie à lui-même des cartes d’anniversaire. Jamie Foxx en fait des tonnes et des tonnes, ne choissisant jamais son camp entre schizophrénie, folie, handicap social ou puceau ridicule. Une seconde fois lorsque Max devient Electro, un type qui se résume à une sourde colère contre Spiderman, qui n’a pas voulu devenir son copain (je résume mais c’est ça). Omniprésent dans la première partie du récit avant de quasiment disparaitre jusqu’à la scène finale, qui ne brille pas par sa subtilité scénaristique, Electro devient vite agaçant.

 

Car l’un des problemes de ce Spidey 2, comme ses prédécesseurs d’ailleurs, et de ne pas parfaitement parvenir à assembler toutes ses composantes : Peter Parker et ses interrogations sur ses origines, ses pouvoirs et la responsabilité qu’ils impliquent, la relation Gwen/Peter, les méchants et leurs liens avec Peter Parker/Spiderman, sa tante, l’action, etc.. Si les séquences en elle-même se tiennent très bien, c’est le liant qui assure la cohérence de l’ensemble qui pêche. Comme le jeu des acteurs qui incarnent Harry Osborn ou Electro, Marc Webb se retrouve à devoir surligner parfois grossièrement les choses, afin de leur donner une consistance dans ce film dense. Sans vouloir vous spoiler certains retournements clés du film, il faut avouer que les flash-back sur les parents de Peter, le dévoilement du mystérieux Roosevelt, ou la présence opportune mais peu crédible de Gwen dans les scènes d’action (sans parler des fantômes qui hantent Peter) font un peu tâche.
 

The Amazing Spiderman 2

Copain d’après (re-pardon)

La bonne toile

Alors me direz-vous, faut il aller voir The Amazing Spiderman 2 ? Si vous vous attendez à voir un film aux profondeur psychologiques abyssales et aux acteurs habités par des rôles à la fois subtils et bouleversant, non seulement vous pouvez vous arrêter de lire dès maintenant et aller vous refaire l’intégral de Pialat, mais surtout : pourquoi avez-vous même commencé à lire cette critique ?
Par contre, si vous envisagez de passer une bonne soirée pop corn pour oublier votre journée de travail/de cours/ de retraite, nous vous conseillons de ne pas passer votre chemin.
Parce qu’est-ce que l’on demande à un blockbuster tel que celui-ci ? Avant tout, de nous divertir. Or, ne mentez pas, les subtilités du scénario d’un film de superhéros, tant qu’elles ne sont pas complètement incohérentes, on s’en passe. Or, Spiderman est un divertissement réussi, et ce pour plusieurs raisons.
 

The Amazing Spiderman 2

Stone et Garfield, un couple en or !

La première d’entre elles, c’est son duo principal. Andrew Garfield et Emma Stone sont tout simplement adorables en couple moderne qui s’aime mais ne parvient pas à filer droit. Drôles, touchants, relax, ils pétillent de partout et renvoient la relation bougonne et larmoyante de Tobey Maguire et Kirsten Dunst aux oubliettes (couple hautement improbable, qui parvenait à ennuyer le spectateur après seulement 8 secondes de face à face). Le fait que Garfield/Stone soient aussi en couple à la ville facilite les choses. Mais pas que.
Parce que Marc Webb, venu de la comédie romantique indé (500 jours ensemble c’était lui) sait comme personne souligner tout ce qu’il faut dans une relation amoureuse à l’écran. Pas étonnant donc qu’il fasse de Peter et Gwen les piliers de son film.
Le réalisateur a en outre eu l’excellente idée de s’entourer d’acteurs de talents. Si Jamie Foxx et Dane DeHaan sont dans le surjeu, c’est principalement à cause des personnages et du scénario qu’on leur sert. N’oublions pas que Foxx a un Oscar, au même titre que Chris Cooper (Norman Osborn, que l’on aperçoit environ 2min30 à l’écran), Sally Field (tante May), et Paul Giamatti, joussif en Rhino complètement cramé du cerveau. Ces deux derniers dévorent complètement la pellicule.
 

The Amazing Spiderman 2

PAS CONTEEEEEEEENT !!

Enfin, les scènes d’action sont très réussies, malgré un bémol sur la scène finale, qui manque de folie de par les enjeux qu’elle implique. L’intro est géniale, et quelques moments de grâce vous couperons le souffle, notamment les balades entre les building de New York en GoPro embarquée sur l’Homme-Araignée. A noter que pour la première fois dans la saga le film a été entièrement filmé à New York (pour ses décors extérieurs, que l’on s’entende), ce qui apporte un vrai plus. Souvenez-vous des décors qui sentaient le carton des films de Raimi pour vous convaincre que c’est un choix judicieux de la part de Marc Webb.
Pas la meilleure adaptation de comics à ce jour, The Amazing Spiderman 2 comble tout de même le fan de blockbuster que vous êtes, et cela grâce à un duo d’acteur en grande forme. Dommage que le film se perde parfois dans des excès inutile mais probablement imposé par le studio, qui veut à la fois rentabiliser ses 200 millions de dollars d’investissement en ne laissant pas une seconde de répit à Spiderman, et qui surtout fait passer la cohérence du scénario derrière l’obligation marketing de faire la promo du prochain spin-off de la saga, les Sinister Six (jusque dans la bande-annonce !) déjà dans les tuyaux. Hollywood, tu ne changeras donc jamais.

 

 

The Amazing Spider-Man 2
De Marc Webb
Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Dane DeHaan, Sally Field, Paul Giamatti
Sortie le 30 avril 2014
DIstribué par Sony Pictures Releasing France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s