Her, la solitude 2.0

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Her

La très belle affiche du film, qui a remporté l’Oscar mérité du Meilleur Scénario

Spike Jonze est l’un des auteurs les plus intéressants du cinéma US d’aujourd’hui. Avec son camarade Charlie Kaufman, il nous a offert certains des films les plus interessants de ces dernières années, de l’exceptionnel Dans la peau de John Malkovich à l’ovni Adaptation, en passant par le remarquable Max et les Maximonstres (seul aux commandes pour celui-là). Cette année il revient en s’attaquant à une drôle d’histoire d’amour sur fond de science-fiction soft : Her.

Her

La solitude d’un homme

Dans le futur proche d’un Los Angeles qui ressemble au Tokyo d’aujourd’hui, Her nous conte l’histoire de Theodore (Joaquin Phoenix), trentenaire solitaire qui ne se remet pas de sa récente rupture avec l’amour de sa vie,  Catherine (Rooney Mara). Dans une societé policée, où tout le monde semble vivre une vie doucereuse, la depression est palpable, camouflée dans une quotidien confortable mais monotone. Sous couvert de bien-être matériel, les individus se sont, sans s’en rendre compte, peu à peu laissé enfermés dans un monde où chacun joue sa propre partition, et se contente d’une l’illusion de relations sociales virtuelles.

Car les hommes se renferment sur eux-mêmes, sur leurs propres envies, privilégiant une carrière ou des rêves personnels à la construction d’une relation avec l’autre, impliquant trop de compromis. C’est ce qui a tué l’histoire d’amour de Théodore.

Her

Scarlett Johansson dans la main

Face à ce vide, c’est la technologie qui est devenue petit à petit le ciment social. Le métier de Théodore en est d’ailleurs l’illustration parfaite, lui qui passe ses journées à écrire la correspondance d’individus qui n’en ont pas le temps ou la compétence. Fonction dans laquelle il excelle mais sans joie particulière, comme si toute sa vie s’était résumée à la relation qu’il avait noué avec son aimée, justement parce qu’elle était vraie, palpable.

La technologie offre pourtant des solutions à sa solitude : jeux vidéos ou sites de rencontre, tout semble passer par l’interface d’un ordinateur, discrètement omniprésent par l’intermédiaire d’un petit terminal portatif, discret comme un portefeuille.

Her

Home Alone

Pourvoyeuse de confort moderne, elle est en-même temps responsable de l’absence de vraie lien avec les autres, la seule chose réelle dans ce bas-monde tranquille.

Et c’est pourtant dans la technologie que Théodore pensera trouver la solution à tous ses maux. En changeant l’OS (Operating System) de son ordinateur, il découvrira la dernière évolution que le monde lui propose : Samantha, l’Intelligence Artificielle qui lui permet de s’abandonner complètement au virtuel. Secrétaire (elle trie les mails de toute une vie en quelques secondes, lui organise ses rendez-vous), confidente (elle le pousse à s’interroger sur sa vie et ses décisions), Samantha (performance incroyable de Scarlett Johansson, dont la présence est quasi palpable alors qu’elle n’est, au final, qu’une voix) finit par devenir la réponse à la solitude de Théodore, qui en tombe follement amoureux.

Her

Un homme heureux grâce à son téléphone.

Dissertation philosophique sur l’amour, Her est un film pudique, à l ‘image de son personnage principal blessé et sensible, à qui Joaquin Phoenix offre tout son talent. Un regard, un silence, et tout est dit, sa performance est très impressionnante. Mais Her pose également la question de l’avenir de l’Homme. Car sous l’apparence d’une comédie romantique originale, Jonze nous interroge directement sur notre rapport à l’Autre, à la consommation sans fin qui nous pousse à abandonner aux ordinateurs des pans entiers de notre humanité. Comme toujours chez lui, une oeuvre impeccable plastiquement et portée par des acteurs habités est l’occasion d’une vraie réflexion sur nous-mêmes. Histoire d’amour touchante et déconcertante, Her est également l’un des films de science-fiction les plus juste de ces dernières années. Un film à ne pas manquer.

Her
De Spike Jonze
Avec Joaquin Phénix, Scarlette Johansson, Rooney Mara, Amy Adams
Sortie le 19 mars 2014
Distribué par Wild Bunch Distribution

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s