Fruitvale Station, la claque venue d’Oakland

Les 24 dernières heures d’Oscar Grant, un jeune black de la banlieue de San Francisco, qui sera abattu par la police le 1er janvier 2009.

Fruitvale Station cannes 2013

Comme le disais l’inusable Thierry Frémaux avant la projection de ce film que nous avons vu à Cannes en mai dernier, Un Certain Regard a pris l’habitude d’accueillir au sein de sa compétition le vainqueur du festival de Sundance. L’an dernier, Les Bêtes du Sud Sauvage nous avait mis un uppercut aux tripes avec les aventures d’une petite fille aux cheveux frisés et de son papa dans un monde victime de la colère des cieux.

Cette année, c’est un réalisateur encore plus jeune que Benh Zeitlin qui vient gentiment nous rappeler que l’Amérique a encore des choses à dire, et que son cinéma ne se résume pas qu’à Hollywood. Ryan Coogler, 26 ans, nous raconte aussi dans Fruitvale Station l’histoire d’une petite fille frisée et de son papa dans un monde injuste. Le 1er janvier 2009, alors qu’il revient d’un Nouvel An passé à San Francisco, Oscar Grant est abattu par la police, Fruitvale, une station du métro de la ville d’Oakland. Nous ne vous spoilons rien, le film commence sur ces images.

Fruitvale Station cannes 2013

Un acteur magistral, un couple très touchant

En nous montrant les 24 heures de la vie d’Oscar précédent sa mort, Coogler ne cherche pas à nous tirer des larmes faciles, en faisant du jeune homme un héros, une victime, ou un symbole quelconque. Simplement, il nous le montre tel qu’il est, avec ses défauts, son passé omniprésent, mais aussi ses espoirs, ses rêves et ses bonnes résolutions, qu’il essaie coûte que coûte de tenir. Entouré de sa mère, dure mais juste (excellente Octavia Spencer), de sa copine Sophina (Melodie Diaz, touchante) et de sa fille, Grant vivra ses dernières heures, entre les siens et son spleen, qu’il essaye de combattre.

L'équipe du film Fruitvale Station (Ryan Coogler est à gauche)

L’équipe du film Fruitvale Station (Ryan Coogler est à gauche)

La force de Coogler, c’est de peu à peu nous faire pénétrer dans cette vie où l’amour, mais aussi la difficulté de s’en sortir transpirent à chaque plan. La chute n’en est que plus brutale. Si le film n’a au final pas remporté la Caméra d’Or (mais le prix Regard vers l’Avenir, ce qui est déjà pas mal), nous regrettons qu’il n’ait pas pu être projeté en Compétition Officielle, tant Michael B. Jordan mériterait un prix d’interprétation!

Fruitvale Station,
de Ryan Coogler
Avec Michael B. Jordan, Octavia Spencer, Melonie Diaz
Sortie le 1er Janvier 2013,
Distribué par ARP Selection

Publicités

5 réflexions sur “Fruitvale Station, la claque venue d’Oakland

  1. Ping: Journal de Cannes – Day 2 | cinemoustache

  2. Ping: Journal de Cannes – Day 8 | cinemoustache

  3. Ping: Journal de Cannes – Day 9 | cinemoustache

  4. Ping: Journal de Cannes – Jour 10 | cinemoustache

  5. Ping: Journal de Cannes – Day 4 | cinemoustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s