Week-End of a Champion

En 1971, Roman Polanski, fan de sport automobile a passé un week-end avec Jackie Stewart, champion du monde de Formule 1, lors du Grand Prix de Monaco, qu’il a remporté ; Polanski a eu un accès privilégié à Stewart pendant 3 jours, sur le circuit mais aussi en dehors de celui-ci. Le résultat est un moment rare dans l’intimité d’un athlète surdoué, au sommet de sa gloire.
40 ans après, Polanski et Stewart se sont retrouvés, ont discuté de ce sport qui a tant changé avec les années, de manière naturelle, unique et incomparable.

L'affiche du film, avec le facétieux Jackie Stewart

L’affiche du film, avec le facétieux Jackie Stewart

Ce documentaire, le deuxième que nous avons vu à Cannes après Jodorowski’s Dune, est fantastique! On y suit les préparatifs de Stewart avant la course, et ses échanges avec Roman Polanski, qui nous permettent de découvrir le quotidien de ce champion. La réalisation nerveuse et le montage génial de Franck Simon, le réalisateur original, décédé quelques années après le tournage, nous communiquent la tension qui naît peu à peu chez le champion, pas très à l’aise avec sa nouvelle voiture (il a eu un accident avec la précédente une semaine auparavant), et surtout son angoisse de devoir probablement courir sous la pluie, alors que le circuit de Monaco est l’un des plus complexe du Championnat du Monde!

Jackie Stewart Cannes 2013

Jackie, the Champ!

Le héros de ce film c’est bien sûr Stewart, dont les commentaires passionnants montrent un champion au faîte de sa gloire et de sa maîtrise de la voiture. A l’évocation de ses sensations sur la route, il ressemble à un poète qui parle de l’un de ses textes, c’est sublime! Et quand nous retrouvons 40 plus tard Polanski et le pilote dans la suite qu’ils occupaient le week end de la course, c’est pour les entendre disserter sur la direction qu’a pris le monde de la F1, notamment sur l’évolution des règles de sécurité, pour lesquelles Stewart s’est battu toute sa vie. 

Jackie et Roman, les deux potos, à la projection du film à Cannes (pour info, le dos d'Adrian Brody se cache dans cette image)

Jackie et Roman, les deux potos, à la projection du film à Cannes (pour info, le dos d’Adrian Brody se cache dans cette image)

On pense irrémédiablement à Rush, le grand film de Formule 1 que nous a offert Ron Howard cette année. Mais l’avantage de Polanski est double : il n’a pas usé de la fiction pour donner du corps à son film, et il a eu un accès total à son champion. Dans l’intimité, sur la piste (il effectue avec Stewart un tour de chauffe du circuit, moment incroyable), dans ses moments de doute, le réalisateur franco-polono-américano-suisse saisit tous les instants, à une époque où les champions étaient encore des hommes exceptionnels qui se faisaient tout seuls.

Roman Polanski, ému après la projection de son documentaire, plus de 40 ans après son tournage

Roman Polanski, ému après la projection de son documentaire, plus de 40 ans après son tournage

Au final, un document passionnant, pour les fans de F1 ou non. Un grand moment de cinéma, tout simplement.


Week-End of a Champion,
De Roman Polanski et Franck Simon
Avec Jackie Stewart, Roman Polanski
Sortie le 18 décembre 2013
Distribué par Pathé Distribution

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s