C’est la fin, le culte décontracté

C’est l’histoire d’une bande d’acteurs Hollywoodiens réunis à l’occasion d’une fête chez James Franco. Pas de bol, c’est cette nuit-là que survient la fin du monde, ce qui gâchera la soirée de pas mal de gens.

This is the End

L’affiche du film

 

La bande Apatow

Depuis maintenant une quinzaine d’années et le succès posthume de la série Freaks and Geeks (1999), on parle de Judd Apatow comme étant le nouveau John Hugues de la comédie américaine. Autour de lui, il a peu a peu agrégé une troupe de comédiens/auteurs/réalisateurs/producteurs qui lui restent toujours fidèle : Seth Rogen, James Franco, Jason Siegel (Marshall dans How I Met Your Mother) tous les trois dans Freaks and Geeks, Paul Rudd (40 ans toujours puceau, 40 ans mode d’emploi) ou encore Jonah Hill (SuperGrave) pour les garçons.

Freaks and geeks

Il faut bien commencer quelque part : la série culte Freaks and Geeks

Apatow peut se vanter d’avoir révélé au monde une partie de la génération des acteurs hollywoodiens d’aujourd’hui. En effet, chacun d’entre eux a connu un succès plus ou moins fulgurant ces dernières années : James Franco est devenu artiste multi-support (acteur, réalisateur, scénariste, poète, peintre et probablement un tas d’autres choses) hyperactif (professeur, doctorant), Jonah Hill a été nommé à l’oscar du meilleur second rôle pour Moneyball, et Seth Rogen s’est essayé au blockbuster de super-héros, avec le décevant Green Hornet. Pendant ce temps, Mr Apatow-réalisateur s’est défini une « patte » comique qui lui appartient, très adulte, déstabilisante, abordant des thématiques sérieuses, comme la maladie (Funny People) ou la routine dans un couple (40 ans, mode d’emploi).

Avec C’est la fin, la petite écurie Apatow s’émancipe. Seth Rogen et son complice de toujours Evan Goldberg, avec lequel il avait fuit le Canada pour aller écrire des blagues pour Sacha Baron Cohen (Da Ali G Show) puis pour Hollywood (SuperGrave, En cloque mode d’emploi, etc..) se sont attelés a l’écriture, la production et la réalisation d’un film de potes dont le seul objectif semblait être : faisons nous plaisir. Et avouons-le : le plaisir est largement partagé!

This is the end

Un casting quatre étoiles

A la base court-métrage de 2007 (jamais diffusé, surveillez donc les bonus DVD du film), le film est produit pour une bouchée de pain (32 millions de dollars, ce qui compte tenu de la qualité du film, des effets spéciaux et du casting, n’est rien du tout), le film a rencontré un grand succès à domicile, triplant la mise rien que sur le territoire US.

La comédie de l’année?

N’allons pas plus loin, et avouons le franchement, nous avons adoré cette comédie, qui figurera dans notre top 10 de l’année sans aucun problème. Film de potes, réalisé par des potes pour un public de potes, l’œuvre transpire la liberté et le plaisir de tourner ensemble.

Emma Watson Ths is the end

Une magicienne se cache dans cette image

Autour de Seth Rogen acteur, on retrouve Jonah Hill et James Franco, les habitués, Jay Baruchel, membre d’origine du groupe qui a tracé son chemin de son côté sans trop connaitre le succès, le très drôle Craig Robinson, qui a traîné lui aussi ses guêtres dans le groupe, et qui était hilarant dans l’excellent Hot Tub Time Machine, et Danny McBride comique à l’humour un peu crade, déjà vu dans Un monde (presque) perdu avec Will Ferrell. Autant dire une équipe à la pointe de l’humour, dont les talents individuels sont parfaitement mis en valeur collectivement par le scénario et la mise en scène du duo Goldberg/Rogen.

La très belle idée du film, c’est de faire jouer son propre rôle à tout le monde. La mise en abîme créée devient un ressort mécanique plus qu’efficace, puisque les spectateurs se sont tous un jour imaginé comment vivaient James Franco, Seth Rogen ou Rihanna dans la vraie vie (si si, ne vous mentez pas!) Car autre excellente idée de départ, les comédiens ont ouverts leur carnet d’adresse, et invité des dizaines de guest à venir faire un petit coucou : Rihanna donc, Michael Cera, génial dans sa parka multicolore, Christopher « McLovin » Mintz-Plasse, Jason Siegel, Paul Rudd, Emma Watson ou encore Channing Tatum (best caméo de l’année !) pour les plus connus. Un véritable festival, où, encore une fois, chacun se fait plaisir!

Rihanna, Christopher Mintz-Plasse, Jonah Hill, This is the end

Des guests à ne plus savoir où les mettre. Toutes hilarantes!

Sur des dialogues savoureux, le casting parvient à se répartir les meilleures répliques. Rogen et Goldberg évitent en effet le danger qui menace tout film chorale, quel qu’il soit : qu’un acteur tire la couverture à lui et vampirise l’écran (on se souvient de Johnny Depp dans Dark Shadows). Ici chacun a son quart d’heure de gloire, dans un film certes drôle et loufoque, mais qui n’oublie pas d’aborder des thématiques plus sérieuses, comme l’amitié, thème récurrent dans la galaxie Apatow.

Il est donc impératif d’aller voir C’est la fin. Drôle, surprenant, truffé de scènes déjà cultissimes, il entre directement dans notre top 10 de l’année, et probablement plus haut si personne ne vient l’y déloger…

C’est la fin
De Seth Rogen et Evan Goldberg
Avec Seth Rogen James Franco, Jay Baruchel, Jonah Hill, Danny Mc Bride, Craig Robinson
Sortie le 9 octobre 2013
Distribué par Sony Picture Releasing France

Publicités

Une réflexion sur “C’est la fin, le culte décontracté

  1. Ping: GRAVITY, | cinemoustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s