Journal de Cannes – Day 11 et Céremonie de Clôture

Cette année encore, nous vous ferons vivre le Festival de l’intérieur, en tenant un journal de nos aventures : les films, les rencontres, les émotions, les coups de fatigue.. Avec notre palmarès évolutif et quelques statistiques sur notre Quinzaine sur la Croisette. Plongez dans le quotidien d’un blogueur à Cannes!

Jury Cannes 2013

Le très classe Jury de cette 66e édition

Alors ça y est, beaucoup de nos amis sont déjà repartis, la Croisette a perdu environ 75% de fréquentation. Mais le Festival n’est pas complètement terminé! Il me reste La Grande Bellezza à rattraper, et surtout à tenter de me faire une petite place pour la 66e Cérémonie de Clôture!

Je vais donc rattraper le film de Paolo Sorrentino à 13h50 dans un cinéma normal. Bien qu’en ce dimanche 26 Mai, dernier jour officiel de la Compétition, tous les films en lice soient reprojetés, je vais payer mon billet. Car le Sorrentino passe tard, et si je vais le voir je me coupe toute chance de récupérer un billet pour la Céremonie de Clôture. Ce qui, mettons-nous d’accord, serait complètement débile.

Je me lève donc pas trop tard, histoire de faire un vrai petit dèj (enfin!) et de pouvoir écrire quelques articles. Un sandwich en poche, et c’est parti pour notre 24e film Cannois!

Film 24
La Grande Bellezza
De Paolo Sorrentino
Compétition Officielle

Grande Bellezza Cannes 2013

La Grande Bellezza, de Paolo Sorrentino

Avouons-le, on n’a jamais vu un seul des longs métrages de Sorrentino (ça n’est pourtant pas l’envie qui nous manque). On le découvre donc avec ce film qui suit les pérégrinations nocturnes d’un papillon des nuits Romaines vieillissant, lucide mais résigné sur ce qu’a été sa vie et ce qu’il lui reste à en faire. Le premier quart d’heure du film virevolte, parfois jusqu’à  la nausée, entre les monuments Italiens et les soirées folles organisées par le jet-setteur. Les effets de mise en scène, bien trop présents, en deviennent dérangeants pour ce portrait de la vieillesse pas si dorée que ça. Entre cynisme et fatalisme, entre luxe et déchéance, un film qui vous ballade dans un Rome à la fois attirant et dégoutant. 2h22 c’est un peu long, mais Toni Servillo, l’acteur principal, connait son boulot, et mange la pellicule, faisant passer la pilule sans trop de problèmes.

Mission accomplie pour le Grand Chelem des films de la Compétition, même si l’exercice m’aura privé de pas mal de films des sections parallèles que je voulais voir. Le dernier et peut-être plus gros défi m’attend encore : faire la montée des marches de la Céremonie de Clôture et assister en direct à la remise de la Palme d’Or!

Cannes Tickets

Une partie des billets qui nous restent de Cannes 2013. 25 films vus!

Pour cela, il faut mettre ses habits de lumière. Je remonte donc chez mes hôtes enfiler mon smoking tout beau tout propre, et je redescends devant le Palais, une petite pancarte pliée dans la poche, et sans savoir à quelle sauce je vais être mangé.
Et bien divine surprise, je réussi en quelques minutes à trouver une âme charitable qui me remets une invitation! Me voici donc parti pour voir Steven, Nicole, Christoph, Ang et les autres remettre leurs prix!

Crowded red Carpet

Un Tapis Rouge se cache dans cette photo, sauras-tu le retrouver?

La sécurité est renforcée pour l’occasion, le Tapis Rouge est aussi rempli qu’une file d’attente devant Uniqlo un samedi après-midi. Je ne traine pas trop, puisque l’on est cordialement invités par les agents du Palais à rentrer, et j’avoue avoir envie de profiter d’être là plus d’une heure avant le début des festivités pour avoir une bonne place.
Manque de bol, dans la salle haute, toutes les places latérales (qui descendent jusqu’à quelques mètres du jury) et les premiers rangs centraux sont réservés. Je me retrouve donc un peu loin de la scène, ce qui est surtout gênant pour les photos que mon petit iPhone pourra prendre : on ne verra pas grand-chose.

Tux Cannes 2013

Le Grand Théâtre en habits de lumière

Je passe le temps en balançant des photos sur Twitter , puis arrive très vite la Céremonie en tant que tel. C’est comme à la télé, mais de plus loin. Surtout, on peut voir ce que les caméras ne montrent pas : Steven Spielberg et les membres de son jury discuter entre eux pendant les discours des stars qui remettent les prix, Steven Spielberg qui se prépare à aller accueillir Kim Novak lorsqu’elle arrive sur la scène, Christoph Waltz qui, une fois l’ensemble des  lauréats réunis sur la scène, se précipite sur Abdellatif Kechiche, l’air de lui dire que La Vie d’Adèle l’a soufflé, etc..

Jury and Palme d'or

Une Palme d’or et un Jury

Quelques petits problèmes mineurs : mes tweets avec mes photos qui ne passent pas du tout pendant la première demie-heure, des clichés trop éloignées de la scène pour que l’on puisse reconnaître qui que ce soit dessus, et surtout une batterie qui tombe en rade sur la fin (ce qui m’empêchera de prendre en photo l’équipe de Zulu après la projection, ovationnés pendant bien 10 minutes). Mais tout cela n’est rien face à l’expérience de vivre en live un moment aussi émouvant qu’une remise de Palme d’Or, surtout pour un film que l’on a adoré.

Cannes Laureates

Les Lauréats réunis sur scène après la Céremonie

Dès la fin de la Cérémonie, il y a, sans rire, la moitié de la salle qui sort, probablement pour aller faire la fête avec le Jury (ou parce qu’ils n’en ont rien à faire des films). En dix minutes chrono, une armada de techniciens du Palais te démonte le décor de la remise des prix (qui aura donc servi, j’ai compté, deux fois) et le rangent dans les coulisses. C’est impressionnant.

Cannes cloture

La cérémonie est terminée depuis 5 minutes..

Pendant ce temps là, l’équipe de Zulu, en orchestre, discute le bout de gras avec Thierry Frémaux et Harvey Weinstein, toujours présent (je vous rappelle que je l’avais croisé le deuxième jour). Enfin, l’annonce précédent chaque projection enjoignant les spectateurs à retourner à leur sièges se fait entendre, et le film de Clôture démarre.

Film 25
Zulu
De Jérôme Salle
Hors Compétition, Film de Clôture

Zulu closing film Cannes 2013

Une image de Zulu, dont l’affiche n’est pas encore prête

De Jérôme Salle, j’avais adoré le Anthony Zimmer si outrancieusement violé par la version de Johnny Depp et Angelina Jolie. Par contre, je n’avais pas accroché à Largo Winch premier du nom, ce qui fait que je n’avais même pas tenté le Largo Winch saison 2.

Ici, les quelques premières minutes du film m’ont fait peur, notamment parce qu’on y voit un Orlando Bloom avec une barbe de 3 jours (de huit mois dans son cas, mais le résultat est le même, il a l’air d’un prépubère) sensé être le père d’un ado de 18/20 ans. Heureusement c’est bien la seule véritable incohérence de Zulu. Parce qu’une fois parti, le film ne s’arrête plus, nous entrainant avec beaucoup de violence au coeur d’une enquête dans l’Afrique du Sud des villas et des townships. Withaker et surtout Bloom sont bluffant, ce dernier jouant avec rage un mec qui n’a plus rien à perdre. Enfin un vrai rôle pour le blondinet tout lisse. Peut être le début d’une nouvelle carrière!

Orlando Bloom Zulu Cannes 2013

Orlando Bloom, bluffant dans le film. Le début d’une nouvelle carrière?

Là-dessus, Salle nous colle un montage nerveux, trés efficace, donnant une dimension supplémentaire à l’action, qui ne reprend quasiment pas son souffle. Le Cap, véritable personnage à part entière, ajoute encore à l’étrange atmosphère qui se dégage de cette belle réussite! Une excellente surprise, et un parfait moyen de terminer cette aventure Cannoise!

Lorsque le film se termine, l’équipe est copieusement applaudie. P*%$# de batterie d’iPhone vide qui m’empêche de prendre une photo de Jérôme Salle très ému et de Whitaker et Bloom bien contents de voir une standing ovation de 10 minutes. Thierry Frémaux, tout sourire après un marathon de presque 15 jours, crie à toute la salle que le Festival est terminé. On ne s’attarde pas, Titi nous ayant soufflé le meilleur des derniers mots possible. Clap de fin.

Zulu Cannes 2013

Photo prise avant le film. Vous y verrez Harvey Weinstein, Forest Whitaker et Orlando Bloom (si vous regardez bien)

Merci à tous d’avoir suivi notre Journal de Cannes. S’ajouteront à la douzaine de critiques des films vus déjà publié l’autre douzaine dans les jours qui viennent (laissez nous le temps de dormir 48h avant). Surtout, Cinemoustache ne s’arrête pas à Cannes : au moins de Juin c’est World War Z, Superman, Very Bad Trip 3 et tous les autres blockbusters de l’été qui débarquent! RDV est pris, alors n’hésitez pas à partager et liker le blog! A bientôt.

Statistiques Cannoises :

Films vus du jour : 2

Films vus total : 25,
26 avec The Great Gatsby vu avant le Festival

Soirées Cannoises : 2

Montée des Marches : 2, dont une cérémonie de clôture

Nombres d’articles parus sur Cannes 2013 : 27

Sommeil en retard (sur une moyenne de 7h par nuit) : beaucoup trop

A très vite sur Cinemoustache!

Publicités

2 réflexions sur “Journal de Cannes – Day 11 et Céremonie de Clôture

  1. Ping: Nominations aux César 2014 | cinemoustache

  2. Ping: Pourquoi La Vie d’Adèle doit dominer les César 2014 | cinemoustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s