Blood Ties, le rêve Américain de Guillaume Canet

New York, 1974. Chris, la cinquantaine, est libéré pour bonne conduite après plusieurs années de prison pour un règlement de compte meurtrier. Devant la prison, Frank, son jeune frère, un flic prometteur, est là, à contrecoeur. Ce ne sont pas seulement des choix de « carrières » qui ont séparé Chris et Frank, mais bien des choix de vies et une rivalité depuis l’enfance. Leur père Léon, qui les a élevés seul, a toujours eu pour Chris une préférence affichée, malgré les casses, la prison… Pourtant, Frank espère que son frère a changé et veut lui donner sa chance : il le loge, lui trouve un travail, l’aide à renouer avec ses enfants et son ex-femme, Monica.

Blood Ties poster cannes 2013.

L’affiche très 70’s de Blood Ties

Guillaume Canet signe son quatrième film en tant que réalisateur, son premier aux Etats-Unis. Aidé à l’écriture par son ami James Gray (rien que ça), il adapte les Liens du Sang, film de Jaques Maillol sorti en 2008, dans lequel Canet l’acteur partageait l’affiche avec François Cluzet.

Le film transpire l’hommage au cinéma Américain des années 70. Pour vous en convaincre, vous pouvez juste jeter un oeil à l’affiche du film ci-dessus, qui ne laisse aucun doute quant aux ambitions du réalisateur. La BO est particulièrement soignée à ce niveau, avec des standards de l’époque, qui collent parfaitement à des décors et costumes efficaces.

Blood Ties, Guillaume Canet

Un casting quatre étoile pour le film. Raison de sa présence à Cannes?

Pourtant, c’est une déception. Nous avions vu Les Liens du Sang, polar fiévreux dans lequel François Cluzet emportait tout sur son passage. La version de Guillaume Canet et de James Gray garde une structure similaire, mais revoit pas mal d’aspects du script, en particulier la fin. Quelques idées sont très bonnes, mais globalement, le script n’est pas fou, car il reste dans les clous du film de gangster classique, sans chercher l’originalité. Ce qui est certain, c’est qu’il n’est en tous cas largement pas au niveau des œuvres habituelles de James Gray, dont nous pourrons juger le dernier ouvrage, The Immigrant, d’ici quelques jours.

Blood Ties Cannes 2013

Frères ennemis

Au-delà du script, c’est la mise en scène qui pêche énormément. Le rythme est d’une lenteur impressionnante pour un film de gangster, la caméra est statique. A ce titre, la course poursuite finale en voiture frôle le ridicule, puisqu’il semble que les véhicules respectent toutes les limitations de vitesse de la ville. Surtout, le film est beaucoup trop long! 2h24 laissent s’étirer en longueur des dialogues certes pas mauvais, mais qui trainent et trainent tant que l’on s’ennuie rapidement. (A noter que la version sortie le 30 octobre 2013 a été remontée, avec l’ablation probablement salutaires de 17 minutes du film).

Le film gagnerait énormément à s’amputer de quelques dizaines de minutes (j’avais donc raison !), ce qui resserrerait l’action, et donc attiserait l’intérêt du spectateur. La mise en place de l’intrigue, qui dure une heure montre en main, abandonne en chemin beaucoup de monde (la salle a commencé à se vider au bout de 10 minutes, alors qu’elle n’était pas complètement remplie!)

Blood Ties cannes 2013

Le fils et le père

En ce qui concerne la casting, pas grand chose à redire, puisque ce sont les acteurs qui portent sur leurs épaules tout le film : Billy Crudup et Clive Owen brillent en frères que tout oppose, mais qui restent indiciblement liés l’un à l’autre . Zoe Saldana, Marion Cotillard et Mila Kunis font le job. Et on retrouve avec grand plaisir James Caan, très touchant en père abîmé par la vie, les cigarettes et la culpabilité, qui tente comme il peut de raccommoder ses deux fils aux destins si différents. Matthias Schoenharts enfin est parfait dans le rôle d’un truand nerveux, terrassé par la jalousie. On espère que le film lui offrira tout de même une belle carte de visite pour Hollywood, qui le courtise de plus en plus.

Blood Ties Guillaume Canet Cannes 2013

Guillaume Canet Réalisateur

 

Un film trop long, trop lent, où l’on sent Canet écrasé par l’hommage qu’il veut rendre à cette culture Américaine qu’il aime tant. Pour nous, ses intentions se résument en une scène. L’un des personnages s’achète de la drogue puis se shoote. Pour cela, le réalisateur utilise la chanson du Velvet Underground, Heroin. Comme à peu près 257 cinéastes avant lui. Même en s’octroyant un sidekick de la trempe de James Gray, ça n’est pas avec ce film que Canet mettra ses pas dans les pas des grands cinéastes internationaux.. Nous espérons sincèrement qu’il pourra retravailler le montage de son film, qui y gagnerai beaucoup, et pourrait même devenir excellent!

Blood Ties,
De Guillaume Canet,
Avec Clive Owen Billy Crudup, marion cotillard, Zoe Saldana, Mila Kunis, James Caan, Mathias Shoenharts
Sortie Française le 30 Octobre 2013
Distribué par Mars Distribution

Publicités

4 réflexions sur “Blood Ties, le rêve Américain de Guillaume Canet

  1. Ping: Journal de Cannes – Day 9 | cinemoustache

  2. Ping: En Solitaire, le premier film pour les fans de voile (et de François Cluzet) | cinemoustache

  3. Ping: Journal de Cannes – Day 4 | cinemoustache

  4. Ping: The Immigrant, la triste histoire de James Gray | cinemoustache

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s