« Dead Shadows », l’ambitieux.

Dead Shadows est une petite production Française qui suit les pérégrinations d’un ado effrayé par le noir le soir où des aliens à tentacules, affamés, envahissent Paris. On salue le geste, malheureusement le principal ne s’y retrouve pas : le plaisir du spectateur.

Dead Shadows, pas encore de date de sortie prévue

Quelques bonnes choses.

Tout n’est pas à jeter bien évidemment. La musique colle bien à l’atmosphère que l’on essaie de créer ici, même si le choix des chansons originales utilisées peut être discutable. Les effets spéciaux, bien que parfois trop sombres, sont bons. Surtout, le film offre une longue scène d’ouverture magnifique, qui vous fera immanquablement penser à Tree of Life de Terence Malick. Mais ce sont malheureusement les seules choses qui fonctionnent. Et elles sont trop négligeables pour faire tenir l’édifice.

L’intro spatiale reste le meilleur moment du film

Une succession de court-métrages

Le principal problème est la cohérence du scénario. On attend trop du spectateur, qui doit lui-même interpréter des ellipses monstrueuses, à l’aune des références geek que le passionné de cinéma de genre qu’il est sensé être possède obligatoirement. Si vous n’aimez pas Carpenter, Cronenberg et que vous ne vouez pas un culte à L’invasion des profanateurs de sépulture, passez votre chemin. Car ce qui faisait le sels de ces oeuvres était justement ce qui ne se trouve pas dans Dead Shadows : de l’action, de la tension savamment dosée et des scènes gores mémorables.

N’oublions pas non plus le beau travail de maquillage sur certaines scènes!

Le montage suit le chemin abimé de la trame principal, et insuffle à l’ensemble un rythme chaotique. Les scènes passent de l’une à l’autre abruptement, alors qu’elle sont, pour la plupart, trop longues. Cela n’aide pas un ton général qui, au lieu d’être complètement barré, comme on commence à l’espérer en voyant arriver le voisin Canadien, s’alourdit au fur et à mesure que les minutes s’égrènent.

Au milieu du champ de bataille, les acteurs font ce qu’ils peuvent. Et si leur jeu manque de puissance (le héros principal est un beau gosse trop lisse pour porter le film), ils ne sont pas aidés par les situations sans imagination dans lesquelles ils se retrouve. Seules les scènes de drague poussées insufflent un peu d’énergie à des dialogues mous. A noter tout de même le jeu efficace de John Fallon, l’acteur Canadien, qui nous fait rire dans son rôle de gros bras assumé.

Des choix de production inévitables, mais problématiques.

On salue la performance de production, le simple fait que ce film existe est une victoire en soi. Mais on se rend bien compte qu’il est le résultat du passage d’un projet de court à celui d’un moyen métrage, puis d’un long. Trop bricolé, il aurait nécessité un bon scénariste pour faire passer la pilule du très petit budget. On sent la débrouillardise de mise, mais elle n’est pas utilisé de la meilleure des façons..

Dommage, car il y avait du potentiel!

Une économie des décors aurait peut-être été nécessaire, afin de privilégier l’atmosphère angoissante que de tenter de créer des séquences d’action gratuites? Alien était un chef d’œuvre parce que justement Ridley Scott n’avait pas les moyens de faire apparaitre la créature à l’écran : par l’économie de moyen et surtout une gestion très maligne de ses scènes de peur, il a su transcender cet difficulté en la retournant à son avantage. Tout comme Spielberg et ses problèmes de requin sur Les dents de la mer. Chose qui n’est malheureusement pas le cas ici..

On oublie le spectateur, et un clair décalage entre les ambitions affichées et les moyens convoqués transpire dans chaque scène. Le manque d’argent n’induit pas un manque de créativité, patent ici. Dommage, car l’on attendait beaucoup de ce film, qui au final se sera mieux vendu qu’il n’a été conçu.
Il est tout de même à noter que si le film avait été tourné au format moyen métrage, voir court, il aurait probablement été de bien meilleure qualité. Seulement, il n’aurait jamais été diffusé à l’Etrange Festival, ni potentiellement dans d’autres festival à l’étranger, et vous n’en auriez jamais entendu parler sur Cinémoustache! Chapeau donc pour cela!

Pas encore de date de sortie en France, mais voici la bande-annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s