« Un jour de chance », le cirque médiatique de la crise.

Roberto est un quadra en crise . Comme beaucoup d’espagnols, il est au chômage, lui qui était pourtant l’un des meilleurs publicitaire de Madrid. Sans le soutien de sa femme, il aurait depuis longtemps baissé les bras dans sa recherche d’un emploi, qui lui permettrait de continuer à mettre sa famille à l’abri du besoin. Après s’être vu refuser une nouvelle fois un poste, il est victime d’une chute accidentelle et se retrouve crucifié sur la scène d’un théâtre antique, une barre de fer plantée à l’arrière du crâne. Il se retrouve alors vite au centre d’une tempête médiatique, dont il essaie de tirer un maximum de profit.

Affiche de « La chispa de la vida »

The show must go on

Bienvenu dans l’Espagne de la crise, celle où les politiciens sont des girouettes, les journaux des vampires, le public un charognard et les cadres des hypocrites assoiffés d’argent. Alex de la Iglesia, après l’horreur et le rire, s’attaque à la critique politique contemporaine, lui qui avait montré sa fibre militante lors de son départ fracassant de l’académie des Goyas en 2011.

Le soir de la Bète

Incisif, le réalisateur de Balada Triste met un humour  cynique, mais surtout potache, au service d’une féroce critique des médias Espagnols. Ces derniers, en faisant de Roberto l’icône d’une societé qui va mal, permettent à un public 2.0 avide de sensations forte de faire du malheureux la victime symbolique involontaire de leurs angoisses, à savoir le chômage, le capitalisme sauvage, la société de consommation sans limite et les politiciens incompétents.
Roberto lui-même, au bout du rouleau, espère pouvoir pactiser avec le diable en monnayant sa mésaventure à la chaine de télé la plus offrante, espérant par là pouvoir recevoir un chèque qui paierait un voyage à sa femme et les études de ses enfants.

La famille comme dernier refuge

La famille justement, qui représente dans le film la dernière digue qui tienne face à un monde sauvage, où l’homme est un loup pour l’homme.
De la Iglesia fait le boulimique en attaquant dans tous les sens. Au même titre que le théâtre antique envahi de caméras et de badauds, son scénario est plein à craquer d’humour que l’on ne peut qualifier de léger, mais qui se montre efficace, et de personnages caricaturaux mais au final pas si éloignés de cela de la réalité, et surtout de critiques limpides mais acerbes sur un monde de l’image devenu (ô symbole !) l’équivalent des combats de gladiateurs de l’antiquité. Car c’est bien de la potentielle mort d’un guerrier malheureux de la crise dont le film parle.

Salma Hayek nous rappelle qu’elle a toujours autant de talent.

Au milieu d’un casting très drôle et très touchant, Salma Hayek tire largement son épingle du jeu. Épouse magnifique, fidèle et aimante, elle prend les coups aux côtés de son mari, et ne laissera que subrepticement percer toute la douleur que le chômage et l’accident de son mari ont laissé sur elle, le temps d’une courte scène.
Le réalisateur quant à lui ne s’encombre pas de complexe, alternant les saynètes drôles, parfois cruelles, avec des envolées lyriques (quelques plans de nuit de la ville sont à la fois magnifiques et angoissants). Ces prises de vue large permettent de prendre conscience que l’expression « cirque médiatique » n’a pas été inventée par hasard. Dans la dernière partie, l’humour cinglant laisse peu à peu place à l’émotion, lorsque tout le monde commence à prendre conscience que la vie d’un homme est réellement en jeu.
Un jour de chance  (La Chispa de la Vida, le slogan que Roberto avait trouvé pour Coca-Cola et sur lequel il avait bâti sa carrière) illustre efficacement une société malade de son économie, et dont les conséquences sur la population dépasse le simple cadre du chômage. Par l’entremise des médias, le spectateur est devenu consommateur exigeant de divertissement de plus en plus extrême, qui lui permettent d’oublier les difficultés du quotidien, en montrant que finalement on trouve toujours plus malheureux que soi.

Un jour de chance sortira en France en Décembre 2012. bande-annonce (en Espagnol sous-titré Anglais) :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s