La démonstration venue du Nord : Headhunters

Roger Brown a réussi sa vie : il possède une immense villa, il est l’un des chasseurs de tête les plus réputé d’Oslo, et surtout vit depuis 7 ans avec Diana, une femme sublime et intelligente, comme tout homme normalement constitué rêve de posséder. Seulement, toute cette vie de rêve est bâtie sur un mensonge : sa fortune, Roger ne l’a pas héritée, comme il le laisse croire à tout le monde. Il l’a acquise en volant des toiles de maître, qu’il revend grâce à son complice féru de flingues, Ove. Froid, calculateur et très intelligent, Roger ne laisse rien au hasard. Pourtant, il sait qu’un jour tout cela s’arrêtera : soit il tombera sur une œuvre exceptionnelle qui le mettra définitivement à l’abri du besoin, soit il se fera prendre…

Avis avant la lecture de cet article

Attention attention! Notre politique du non-spoiler nous oblige à prévenir tout le monde : ne lisez pas plus loin si vous voulez, comme nous, vous laisser entraîner par ce film surprenant! Le suspense est l’une des pièces majeure de cet édifice audacieux, et nous ne voudrions pas être tenus pour responsable d’une révélation maladroite. Seul conseil : si vous voulez vous laisser surprendre par une (nouvelle!) petite pépite qui vient du Nord, foncez le voir! Pour les autres, voici notre point de vue sur le dernier film de Morten Tyldum, film d’ouverture de l’Etrange Festival, notre chouchou, qui a remporté le prix de l’étrange et le prix du public de cette édition 2012!

Au Nord du nouveau

Après les surprises Thomas Alfredson (Morse en 2008) et Joachim Trier (Oslo, 31 août, sorti en début d’année en France), les Scandinaves nous en remettent une couche avec ce joyau d’humour, de suspense, mais surtout de mise en scène et d’écriture.

Morten Tyldum, cinéaste Norvégien très respecté chez lui et dont Headhunters est le troisième long, attaque sans complexe aucun un scénario construit comme un mille-feuille d’intrigues et de sous-textes, où pas une parole, ni un détail n’est laissé au hasard. Ainsi, le spectateur le plus chanceux sera celui qui ne saura absolument rien de l’histoire (à ce titre, il vaut mieux ne pas regarder la bande-annonce) et qui se laissera glisser, en même temps que le héros malchanceux de cette histoire, d’un genre à un autre.

Le chasseur chassé

Car si l’œuvre démarre comme un film cynique de cambriolage de haut vol, on passe très vite à une chasse à l’homme haletante et pleine de suspense, marquée d’humour noir cinglant, avant de retrouver tous les mécanismes du film d’arnaque que le film se révèle être depuis le début ( ellipses, double-jeu des personnages, faux semblants, manipulation à la fois du héros et du spectateur, etc…), tout en terminant sur un final vengeur mais touchant. Rien que ça !

Un tel programme peut faire peur, et il est bien légitime de se dire que l’on court droit à la catastrophe. C’est sans compter sur un scénario dosé comme une potion d’alchimiste, adapté de l’auteur à succès Jo Nesbo, et sur la mise en scène ultra-maitrisée de Tyldum. Il ne perd jamais le spectateur, s’armant lors des scènes clés de l’intrigue d’une liberté de ton folle.

Une interprétation au cordeau

Aksel HennieLe tout est porté par un casting quatre étoiles, en-tête duquel se retrouve Aksel Hennie, l’interprète du menteur invétéré Roger Brown. Acteur-réalisateur multirécompensé, son physique, fusion de Christopher Walken et Steve Buscemi (!), fait des merveilles dans son interprétation de ce personnage froid et calculateur, qui, en renaissant après chaque épreuve qu’il devra traverser, apprendra à devenir adulte. Car derrière le film multigenre, Headhunters raconte au final l’histoire simple d’un homme qui apprend à faire confiance à la femme qu’il aime.

Nicolaj Coster-Waldau

Sur la route de cette rédemption il trouve Nicolaj Coster-Waldeau. Danois d’origine, l’acteur hérite du rôle de Clas Greve, ancien commando devenu brillant businessman dans les GPS, accessoirement grand amateur d’art. Ses traits parfaits et son physique solide subliment ce rôle en or, où pourtant beaucoup se seraient cassé les dents. L’esprit de compétition, la franchise parfois à la limite de l’arrogance de Greve rappellent d’ailleurs quelque part le Jaime Lannister que Coster-Waldeau incarne pour l’immense série HBO Game of Thrones.

Entre ces deux hommes, on retrouve la sublime Synnove Macody-Lund, dont la plastique parfaite fait tourner la tête à celui qui vit pourtant avec elle depuis 7 ans, Roger Brown. Pourtant, si l’actrice incarne avec brio la femme idéale, intelligente et aimante, on y croit un peu moins dans la deuxième partie du film, où elle s’émancipe de son statut d’icône pour participer à l’action générale. C’est une faiblesse qui est cependant vite effacée par le savoir-faire de la mise en scène.

Synnove Macody-Lund, entouré des deux chasseurs de tête

Un réalisateur à suivre

Soutenue par une photographie qui donnera envie à tout le monde d’aller vivre à Oslo, Tyldum montre que l’ambition du scénario ne lui fait pas peur. Il dose méticuleusement les moments gore et de suspense intense avec des scènes plus intimes, qu’il parvient avec finesse à intégrer à une histoire d’amour, de businessman, de course-poursuite et de flingues. Son joker, lorsque les coutures de son intrigue se tendent, est un humour noir décapant, qui a provoqué l’hilarité dans la salle de l’Etrange Festival.

Au final, un film complet et complexe, dont le titre est peut-être la meilleure idée, et qui montre une fois de plus que si Hollywood peine à se trouver des histoires originales efficaces (Summit Entertainement s’est d’ailleurs empressé d’acheter les droits de remake du film avant même sa sortie), la Scandinavie constitue toujours un nid d’auteurs/réalisateurs au talent confirmé. L’étrange Festival, qui prône la liberté de création et la « flamme d’un cinéma différent » ne pouvait trouver meilleur ouverture que cet œuvre, savant mélange des genres, drôle, effrayant mais surtout très marquant.

Voici tout de même la bande-annonce pour les plus impatient d’entre-vous : en effet, aucune date de sortie n’a encore été annoncé en France!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s