Journal de Cannes : jour 7

8h: Levé un peu tardif, car j’ai une copine qui m’a réservé une place pour le Andrew Dominik de 14h30. Pas besoin donc de tenter la séance de 8h30. En revanche il me faudra être tôt dans la queue du Grand Soir, dans la section Un Certain Regard. Attendu par tous, le petit dernier du duo anar Kervern et Délepine compte au casting Poelvoorde et Dupontel, deux allumés finis, que personne jusqu’ici n’avait eu l’idée (ou le bon sens) de réunir..

9h : La séance est certes à 11h, mais je suis parmi les premiers d’une file d’attente qui s’avèrera se remplir vite et beaucoup. Si jamais l’équipe est présente, ce ne serait de plus pas une mauvaise idée que d’être près de la scène.

Jo (à côté de Kervern) l’exploitant passionnant.

En attendant, je tombe sur un type génial, exploitant d’un petit cinéma dans les Alpes, qui passe 6 mois de l’année a bosser dur à la montagne, et 6 mois à voyager un peu partout dans le monde pour faire de l’humanitaire. Ancien hippie, il a des centaines d’anecdotes croustillantes à partager, et les deux heures passent en un instant. Je suis rejoins par la dame que j’avais croisé quelques jours plus tôt dans la sandwicherie, avec qui nous avions échangés les numéros et nous donnons des infos sur les files d’attente. Vers 10h45, on entre enfin.

Des terroristes qui menacent Tim Roth. Ils n'ont donc pas dû voir tous ses films..

L’équipe du Grand Soir

10h55 : Quelques minutes avant que la séance ne débute vraiment, je remarque un énergumène en train d’aller et venir dans le couloir entre les sieges. Tout va bien,ça n’est que Gustave Kervern qui harcèle ceux qui ont le malheur d’être assis a portée de sa voix. Il annonce vouloir battre le record de standing ovation du Festival, qu’il estime à 6 minutes, ce qui en dit déjà long sur l’état de sa santé mentale. L’éternel Thierry Frémaux arrive alors afin de nous présenter l’équipe du film : Albert Dupontel, Benoît Poelvoorde, Benoît Delépine et Gustave Kervern, rien que ça. A peine sur scène, le Kervern s’arroge le micro, et vante subtilement les qualités des membres du jury présents : Leïla Bekhti meilleure actrice Française de tous les temps, Claire Denis immense réalisatrice, Tim Roth, dont le travail est admirable, etc.. Kervern avoue ne pas voir d’autre choix pour le Jury que de donner le prix Un Certain regard à son film, un évident chef d’oeuvre. D’ailleurs, il prévient tranquillement Tim Roth des représailles qui pourraient suivre une éventuelle défaite du Grand Soir : il sait où l’Anglais réside, où se trouve l’école de ses enfants, etc…. Kervern aura une longue journée, puisqu’il s’incrustera au photocall de Killing me Softly, avant de casser la baraque à la Villa Shweppes le soir, avec les Wampas en concert..Pour l’heure, la salle est pliée en deux, et les trois autres compères renchérissent, en soutenant le réalisateur. Bonne ambiance donc quand le projection commence.

L’autre côté du film

13h00 : Sortie de ce film déjanté, drôle mais aussi touchant (mention spéciale à Poelvoorde en punk à chien émouvant). Kervern a encore fait le show pour obtenir sa standing ovation de 6 minutes, et a à priori eu gain de cause.

L’équipe de Killing Them Softly

Je récupère mon billet pour Killing Them Softly et m’acheter des pâtes a emporter, que j’avale en 1mn chrono dans la file d’attente pour le tapis rouge, qui avance déjà. L’estomac et l’oesophage pleins, je rentre et m’installe pour l’un des films que j’attends le plus cette année..

17h20 : Beau film qui désacralise le film de gangster classique. On y parle beaucoup, on y joue bien, mais malgré tout le plaisir que l’on y prend, ça n’est toujours pas le coup de sang dont la sélection officielle a besoin..

Comme des frères, en salle le 19 septembre

La preuve en est, je sors de là avec un coup de mou dans ma motivation pour enchaîner avec un autre film.. En même temps ça tombe bien, il y a la projo pour les exploitants de Comme des Frères, film d’Hugo Gélin, en ville. Pierre Niney, François-Xavier Demaison, Mélanie Thierry et Nicolas Duvauchelle y sont attendus. Ne nous mentons pas, j’ai bossé sur le film, je l’ai donc déjà vu, et je connais l’équipe. La salle est comble du public difficile et volatile (car à l’emploi du temps surchargé en cette periode de festival) des exploitants et professionnels du cinéma. En attendant que le réalisateur sorte, je sirote un bière avec le co-scénariste du film, Romain Protat. Puis nous partons tous à l’hôtel boire du champagne pour fêter l’arrivée de tout le monde à Cannes. François-Xavier, Nicolas et Pierre sont surexcités de se retrouver, surtout ici à Cannes. Ils n’arrêtent pas une minute, envisageant une version porno gay du film (à base de concours d’abdos et de torse musclé) tout en se préparant pour la tournée de cocktails, dîner et soirée qui les attendent (le boulot avant tout!). Je quitte l’équipe après un excellent moment pour aller me faire une petite fraicheur avant de passer à la Villa des Inrocks.

21h : Après une douche et un plat de pâte adorablement préparé par mes charmants hôtes (on fait difficilement plus accueillants et agréable qu’eux!) je me retrouve pour une (petite) soirée aux Inrocks. Le groupe de ce soir est sympatoche (ils sont Argentin : un DJ, une chanteuse charmante, et un accordéoniste). Mais dans le grand jardin de la villa il ne fait pas très chaud! La chaleur de la journée est retombée. J’hésite à sortir, mais l’étude attentive de ma TL Twitter me permet de voir les réactions dithyrambiques qu’a reçu le Holy Motors de Leos Carax, qui est présenté demain dans la matinée. Je n’ai pas envie de passer à côté d’une Palme d’Or potentielle, et je n’ai plus qu’une journée et demie sur Cannes! Je commence déjà à sentir le manque de films qui m’attend au retour, et je choisis de rentrer pour faire le plein de cinéma le lendemain! Petite journée donc, mais le contre coup d’une semaine de festival se fait cruellement sentir ce soir!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s