Journal de cannes : Jour 6

Wet Carpet du matin

7h : Réveil plutôt aisé, bien que la fin pleine de suspense de la journée de L1 ait allongé ma soirée une fois rentré à la maison. Aujourd’hui, en fonction des événements et succès sur les invitations récupérées, j’espère voir Vous n’avez encore rien vu d’Alain Resnais, Like Someone in Love d’Abbas Kiarostami, et Elefante Blanco de Pablo Trapero. La Séance de Minuit pour le Takeshi Miike me semble compromise, puisque le lendemain il me parait indispensable d’assister à la projection de Killing Them Softly, d’Andrew Dominik, le Brad Pitt de l’année. Pour optimiser mes chances ( les invitations pour ce film s’arrachent depuis deux jours déjà), pas d’autres solution que d’être sur le pont à 7h45 pour espérer rentrer à la séance de 8h30. Le Miike faisant 2h15, pas sur qu’une nuit de 3h soit la meilleure des idées pour profiter de l’événement..

Le retour de Raskar Kapak

Le casting 5 étoiles du dernier Resnais

8h: Pour l’heure, il s’agit d’assurer les films du jour. Pas trop de problèmes pour trouver une place : le week end est fini, il pleut encore beaucoup, et surtout il est très tôt! On me propose un ticket en échange de la protection de mon badge. En effet, il faut parfois présenter une accréditation en plus de son invitation, et les détenteurs d’un tel sésame, comme moi, peuvent être accompagnés d’un +1. Une fois dans la salle, je retrouve un camarade qui se réveille d’un marathon de 6 films la veille. C’est parti pour le film du doyen de la compétition, 89 ans!

10h45 : Sortie expresse de la salle. Très dur de ne pas s’endormir, tant le film prend son temps. L’exercice que s’est imposé Resnais ( mêler cinema et théâtre dans une sorte de testament auquel participent une majorité de ses fidèles) est très intéressant, mais manque de punch.
Pas le temps de le digérer, j’enchaîne directement sur le Kiarostami de 11h30. Une fois le ticket en poche, je retourne dans la salle et me prépare à l’aventure Japonaise du maître Iranien.

13h20 : Deuxième sortie de salle de la journée. Le film est beau, et on s’attache aux péripéties pépères de ce vieux professeur et de la jeune escort girl paumé qui se rencontrent, mais une fois encore le chef d’œuvre n’est pas au rendez-vous..
Elefante Blanco est très attendu, et c’est sans surprise que je me retrouve très loin dans une file d’attente d’Un Certain Regard qui a pourtant déjà commencé a avancer vers la salle.. Après quelques minutes d’attente, le verdict attendu tombe : salle complète. Pas vraiment grave, puisque je meurs de faim, et que je me suis pris d’une soudaine envie pour le Hong Sang-Soo de 16h..

Hong Sang-Soo, Thierry Frémaux, Isabelle Huppert

15h00 : Après un rapide panini ( 5€ avec une boisson, le moins cher que j’ai trouvé jusqu’à présent en ville) me revoilà devant lePpalais. La lutte sera terrible pour trouver une invitation, et ça n’est qu’après 30 mn de recherches sous la pluie que je tombe sur une copine qui en avait une en trop! Me voilà en salle  pour le troisième et dernier film de la sélection officielle de la journée.
C’est la seule projection de la journée pour le film Coréen, donc l’équipe débarque : Sang-Soo et Isabelle, dans une magnifique robe blanche, montent les marches et arrivent dans la salle. Après quelques minutes d’applaudissement, le film démarre..

17h30: Sortie de ce film frais, divertissant, drôle, mais encore une fois pas géniallissime.. Un peu le maître mot de la sélection ces derniers jours, espérons que le niveau se relève un peu, dès le lendemain d’ailleurs, avec Killing Them Softly, nouveau film du réalisateur de L’assassinat de Jesse James par le Lâche Robert Ford, Andrew Dominik.
Pour l’instant, je me dépêche de descendre pour rejoindre un pote, installé en bas. Je me pose contre un mur, quand soudainement se présente la réponse à une question que beaucoup de monde se pose pendant le festival : le Jury assiste-t-il aux projections? Il semblerait que oui, puisqu’Ewan McGregor, Jean-Paul Gautier, le President Nanni Moretti et Emmanuelle Devos me passent sous le nez! Suivis de près par l’équipe de In Another Country, qui partent pour redescendre les marches.. Séance photo, puis retour à la réalité : j’ai la projection de Kaïra à 20h, j’ai faim, et j’ai du retard dans mes rédactions.

Les commentaires sur la qualités des clichés ne sont pas les bienvenus. Merci.
Le photographe, qui n’a pas d’appareil photo.

Un bout du Jury

Un Président du Jury, tranquillou


18h15 : J’avais eu l’occasion de m’inscrire auprès du compte Twitter de la Gaumont pour cette séance, mais je m’inquiète de ne pas avoir d’invitation papier. Je règle ça avec le responsable web du groupe, puis m’installe en tête de la file d’attente pour rédiger quelque peu mes aventures.

L'acteur Américain Jon Doojordeen

Le siège vide derrière est le mien

20h : Me voilà le premier à rentrer dans la salle, je me place donc judicieusement derrière le rang réservé, en partie parce que Cut Killer est déjà assis devant moi. Mais il ne se passe pas 5 minute avant qu’un autre VIP n’arrive : Thomas Langmann choisi le fauteuil juste devant moi, réservant celui à cote de lui pour un certain Jean Dujardin! Moi qui n’avait jamais vu de palmé/oscarisé de près, je me faufile aux toilettes (ne cherchez pas le rapport, il n’y en n’a aucun). Pour tomber sur le trio d’acteur de Kaïra Shopping, accompagné du très drôle et intenable Ramzy!

Titi et l'équipe du film

Thierry Frémaux nous présente l’équipe du film

Et c’est Mr Thierry Frémaux himself qui introduira le film au public, osant même placer dans la même phrase Les Kaïra et La Nuit du Chasseur! Après un discours très classe de Franck Gastambide, l’un des trois acteurs et réalisateur du film, et les facéties de Ramzy Bedia, le film commence!

22h30 : Quelle poilade! Même si je ‘ai pas pu tout entendre, à cause du rire généreux mais tonitruant de l’acteur américain Jean Dujardin devant moi, on se marre franchement dans ce film d’excellentes facture! Je sors tout sourire, hésitant a me rendre a la Villa Inrocks, maintenant que la pluie a enfin cessé. Mais en regardant ma TL de Twitter, quelle n’est pas ma surprise de voir que Thierry Frémaux m’a remonté les bretelles! Il précise que mon commentaire sur sa comparaison entre les Kaïra et La Nuit Du Chasseur n’est pas tout à fait exacte. Moi qui porte le plus grand respect à ce Monsieur qui maitrise le pouvoir de duplication (il est a quasi toutes les projos que je fais, il peut donc probablement se cloner à volonté) je ne peux que lui avouer l’imprécision de mon commentaire, et lui donne dans le détail le fond de ma pensée. Il se fendra d’un très simple « Cette précision vous honore« , qui me permettra de passer une douce nuit, en me demandant pourtant les raisons de la moyenneté (No comment sur le terme, il est tard) de la sélection so far.. Demain c’est Brad Pitt, s’agirait de pas manquer le rendez-vous!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s